Départ de William BOURDON

Communiqué Sherpa

Départ de  William BOURDON

Paris, le 17 novembre 2019 – Sherpa annonce le départ du conseil d’administration de William Bourdon, qui demeure Président Fondateur de l’association.

Avocat au barreau de Paris, il a fondé l’association Sherpa en 2001, accompagnant son développement en tant que président jusqu’en 2017. Il a été pendant de nombreuses années la voix de Sherpa, mettant son expertise engagée et sa vision innovante au profit de la lutte contre les crimes économiques à travers le monde.

C’est sous sa présidence que des contentieux stratégiques emblématiques ont été lancés, créant des précédents uniques dans la jurisprudence française, et permettant de faire durablement évoluer le cadre législatif français.

Il a été notamment à l’origine d’une plainte déposée devant le Tribunal de grande instance de Nanterre au nom de réfugiés birmans qui alléguaient avoir été victimes de travail forcé sur le site de Yadana exploité par TOTAL en Birmanie. Une information judiciaire avait été ouverte et à la suite d’une longue bataille judiciaire, une transaction était intervenue en novembre 2005. Par cet accord inédit, les plaignants avaient été indemnisés et les communautés birmanes réfugiées en Thaïlande avaient pu bénéficier d’un fonds d’un montant de 5 millions d’euros.

Il a été à l’initiative d’une plainte déposée en mars 2007 en sa qualité de Président de Sherpa ouvrant la grande saga judiciaire des Biens Mal Acquis. C’est cette procédure qui a contribué à l’émergence d’une jurisprudence sur la recevabilité des associations. Il est acté qu’elle a consolidé la compétence du juge français s’agissant de faits de blanchiment commis en France dont l’infraction source était commise à l’étranger. Le procès en appel de Teodoro NGUEMA OBIANG doit s’ouvrir en décembre, après que le 27 octobre 2017 il a été condamné à trois années d’emprisonnement avec sursis et à la confiscation de ses biens à hauteur de 175 millions d’euros. C’est cette procédure qui devrait être à l’origine, dans un futur proche, de l’adoption d’un cadre légal sur la restitution des avoirs aux populations spoliées.

C’est aussi son implication, ses ouvrages et tribunes qui ont contribué à franchir des étapes décisives dans la lutte contre l’impunité des multinationales ; ainsi de la mise en examen des cadres puis de l’entreprise Lafarge, parmi de multiples contentieux stratégiques montrant les failles du droit national et international concernant la responsabilité des acteurs économiques à travers leur chaine de valeur (notamment les procédures pour publicité trompeuse – Samsung et Auchan et pour esclavage moderne Vinci au Qatar). L’expérience de ces contentieux a servi de laboratoire pour appuyer l’adoption en 2017 de la loi sur le devoir de vigilance, consacrant légalement pour la première fois cette responsabilité, et qui comme telle, sert d’exemple à l’échelle internationale.

Sherpa garde aujourd’hui cet esprit pionner et innovant. L’arrivée de Franceline Lepany en 2017 à la présidence avait déjà ouvert une nouvelle ère pour Sherpa, caractérisée par la prise des fonctions de directrice par Sandra Cossart et le renouvellement d’une grande partie de l’équipe. Celle-ci, avec l’appui du Conseil d’Administration, perpétue et développe aujourd’hui la vision de Sherpa initiée par William Bourdon.

Sherpa continuera de développer son rôle et son réseau international, et s’appuiera sur des ressources et une équipe renforcée, pour construire et promouvoir un droit plus protecteur des populations face à la mondialisation. Sherpa pourra compter sur l’appui, même plus distant, de William Bourdon dans la mise en œuvre de cette stratégie, ce dont elle le remercie chaleureusement.