Interpellation de l’industrie française de la viande : les impacts dramatiques de la culture du soja en Amérique latine

Une nouvelle enquête internationale, « Quand la déforestation s’invite à notre table », menée par Mighty EarthRainforest Foundation Norway et Fern, révèle que la production mondiale de viande entraîne en Argentine et au Paraguay une déforestation massive, des atteintes à la santé ainsi que des violations des droits humains. Mighty Earth, France Nature Environnement (FNE) et Sherpa interpellent 20 entreprises de l’industrie agroalimentaire et de la grande distribution française sur les conséquences désastreuses du soja utilisé dans l’alimentation des animaux d’élevages et les rappellent à leur « devoir de vigilance » sur leurs sources d’approvisionnement.

(Paris, le 26 mars 2017) – Un an exactement après l’adoption de la loi sur le devoir de vigilance des maisons mères, nos associations interpellent des entreprises de l’industrie agroalimentaire et de la grande distribution pour les prévenir que leurs chaînes de production pourraient contenir du soja produit au détriment de l’environnement et des droits humains. Auchan, Bigard, Carrefour, Casino, Cooperl, LDC, Lactalis, Sodexo et Super U et onze autres entreprises devraient demander à leurs fournisseurs de cesser immédiatement de s’approvisionner, directement ou indirectement, auprès des producteurs de soja responsables de la déforestation.

Publié ce jour, le rapport « Quand la déforestation s’invite à notre table » révèle la déforestation massive menée par les producteurs de soja dans le Gran Chaco (Argentine-Paraguay) destiné à nourrir les animaux d’élevage dans le monde entier. En 2016, la France a importé 3,9 millions de tonnes de produits à base de graines de soja, dont la majorité provenait d’Amérique Latine. Ce soja a servi à nourrir poulets et cochons élevés localement.

« Le nombre de zones ayant été détruites est stupéfiant. Nous avons vu des bulldozers raser de larges forêts et prairies jusqu’alors intactes, ainsi que de gigantesques incendies saturant l’air de fumée. », dit Anahita Yousefi, directrice de campagnes chez Mighty Earth. « Si le Gran Chaco a traditionnellement toujours été moins surveillé que d’autres biomes en Amérique Latine, comme la forêt amazonienne, c’est un écosystème extrêmement important, et il n’existe aucune raison de le détruire. »

L’enquête révèle que les sociétés américaines Cargill et Bunge sont les plus grands acheteurs, et revendeurs, de ce soja. Contactées par Mighty Earth, ces sociétés n’ont pas été en mesure de fournir des informations concernant le niveau de traçabilité de leur chaîne de production.

L’enquête révèle également que l’industrialisation de la production de soja entraîne des effets dévastateurs sur la santé publique et génère des conflits sociaux. Un grand nombre des communautés vivant à côté de plantations de soja, ainsi que des populations autochtones dépendant entièrement de la forêt, ont vu ces plantations empiéter sur leurs terres et ont été forcées de les quitter. En outre, ces communautés ont été frappées par une nette augmentation de problèmes de santé liés à l’usage intensif de pesticides.

Il y a un an, la loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères était adoptée par le Parlement français. Les grandes entreprises implantées sur le territoire français ont depuis une obligation légale d’identifier et de prévenir les atteintes graves aux droits humains et à l’environnement dans leurs chaînes de valeurs. Ces entreprises doivent rendre compte de façon transparente des mesures prises à cette fin dans un Plan de Vigilance rendu public. Les manquements à cette obligation peuvent entraîner des conséquences judiciaires pour les entreprises concernées.

Dans des courriers (voir ci-dessous) adressés à Auchan, Bigard, Carrefour, Casino, Cooperl, LDC, Lactalis, Sodexo et Super U et onze autres entreprises, Mighty Earth, Sherpa et France Nature Environnement appellent ces entreprises à demander d’étendre immédiatement le moratoire en place depuis 10 ans en Amazonie brésilienne, à l’ensemble de l’Amérique du Sud, pour exclure des circuits commerciaux les fournisseurs cultivant du soja sur des zones de déforestation.

Nous appelons l’industrie agroalimentaire et la grande distribution française à faire la lumière sur les conditions de production du soja présent directement ou indirectement dans sa chaîne de valeur, en fournissant des informations sur la traçabilité des produits et les mesures qu’elles envisagent de prendre pour limiter les impacts négatifs de la production de soja.

Contact média

Petit-déjeuner presse organisé en présence des auteurs du rapport et de leur conseiller juridique, Me Mabile, ainsi que les représentants de Sherpa et FNE

à 9h à la Brasserie le Bourbon, 1 place du Palais Bourbon, Paris.

Twitter : @SojaDeforest #DirtySoja #LeSojaDeforeste

« Quand la déforestation s’invite à notre table », impacts et responsabilité des producteurs de viande sur la déforestation

Le Gran Chaco, un écosystème extraordinaire menacé par la déforestation et le soja.

Pour mener cette enquête, Mighty Earth a réalisé, sur la base d’images satellite, une cartographie des zones où la déforestation est la plus rapide. Cette cartographie a permis de découvrir que le Gran Chaco, écosystème extraordinaire, riche en biodiversité a, en grande partie, été rasé et brûlé afin d’être converti à la culture du soja. Il constitue l’habitat d’espèces telles que le jaguar, le petit tatou velu, ou encore le tamanoir. La production de soja sur ces terres est également nocive pour les communautés autochtones, telles que les Ayoreo, les Chamacoco, les Enxet, les Guarayo, et bien d’autres.

Une équipe s’est rendue sur le terrain pour visiter vingt sites du Chaco subissant une forte déforestation en lien avec la production de soja. Différents outils ont été utilisés pour étudier la déforestation : enquêtes sur le terrain, entretien avec les agriculteurs et membres de communautés locales et survol des zones en cours de déforestation par des drones. Nous avons ainsi pu constater la présence d’innombrables plantations de soja et des incendies provoqués de façon à détruire les forêts et la végétation, ainsi que des habitats naturels…

Vous retrouverez ici plusieurs images et vidéos provenant de notre enquête de terrain.

Communautés déplacées et impacts des pesticides sur la santé

En plus de la destruction de l’environnement, Mighty Earth a découvert que l’industrialisation de la production de soja entraînait également des effets dévastateurs sur la santé publique, ainsi que des conflits sociaux. Un grand nombre des communautés vivant à côté de plantations de soja, ainsi que des populations autochtones dépendant entièrement de la forêt, ont vu ces plantations empiéter sur leurs terres. Dans un grand nombre de cas, ces personnes ont été forcées de quitter leurs terres, sur lesquelles leurs familles avaient vécu pendant plusieurs générations.

En outre, ces communautés ont été frappées par une nette augmentation de problèmes de santé. Ainsi, s’y sont développés des cancers, des anomalies congénitales, des fausses-couches et d’autres maladies liées à une trop grande exposition aux pesticides et aux herbicides, comme le glyphosate, utilisé pour la culture du soja, et souvent épandu par avion, directement au-dessus de la population.

« L’Union européenne fait partie des principaux importateurs de produits cultivés sur des terrains illégalement déboisés. Cette culture a des effets désastreux pour les forêts, les populations, ainsi que le climat. L’usage intensif de pesticides dans l’optique de produire ces produits agricoles provoque également d’importants dégâts sanitaires. L’Union européenne a réglementé ses importations en matière de bois et de poisson d’origines illégales. Il est plus temps qu’elle en fasse de même avec les produits agricoles à haut risque pour les forêts, afin de garantir qu’ils soient exempts de toute déforestation, accaparement des terres et autres violations des droits humains » déclare Nicole Posterer, directrice de campagnes « consommation » chezFern.

Cargill et Bunge responsables de la déforestation ?

Mighty Earth a découvert, lors de notre enquête, que les compagnies américaines Cargill et Bunge – dont la question de la responsabilité avait déjà été évoquée lors d’une précédente enquête, – sont les plus grands acheteurs de ce soja. Cargill et Bunge ont toutes deux engagé des politiques de développement durable. Toutefois, lorsque nous les avons contactées pour discuter des résultats de notre enquête en Argentine et au Paraguay, elles n’ont pas été en mesure de nous fournir d’informations concernant le niveau de traçabilité de leur chaîne de production. Sans traçabilité digne de ce nom, ces entreprises ne peuvent connaître l’origine réelle du soja qu’elles achètent. Les sociétés Cargill et Bunge ont donc échoué à instaurer des mécanismes de traçabilité des produits qu’elles commercialisent pour s’assurer de l’absence d’impacts à l’environnement et aux droits humains.

« Aussi longtemps que les marchands de soja n’agiront pas pour endiguer la déforestation, il est de la responsabilité des sociétés de l’industrie de la viande, des supermarchés, et des investisseurs de réclamer aux marchands de soja un soja n’ayant pas été produit au détriment de forêts. Certains investisseurs, comme le Fonds de Pension Global norvégien, devraient financièrement sanctionner la société Bunge, du fait de ses multiples échecs à endiguer la déforestation » affirme Ida Breckan Claudi, conseillère en politique publique chez Rainforest Foundation Norway.

Traçabilité du soja : appel à la vigilance et à la transparence des producteurs et distributeurs français de viande

Mighty Earth, Sherpa et France Nature Environnement annoncent également qu’ils alertent 20 entreprises sur le fait que leurs chaînes de production pourraient contenir du soja produit au détriment de forêts et des droits humains.

« On ne peut qu’encourager l’industrie française à faire la lumière sur les conditions de production du soja qu’elle achète, en fournissant des informations sur sa traçabilité et sur les mesures prises par les sociétés pour limiter les impacts négatifs de leurs activités en lien avec la production de soja. La publication sincère, exhaustive et accessible de ce type d’information est déterminante, notamment pour le respect d’obligations telles que celles issues de la loi sur le devoir de vigilance, qui fête actuellement ses un an ! » déclare Sandra Cossart, directrice de l’Association Sherpa

Une catastrophe évitable

En définitive, les destructions en cours dans le Gran Chaco d’Argentine et du Paraguay sont totalement évitables. En Amérique latine, il y a plus de 650 millions d’hectares cultivables où l’agriculture est possible sans créer de nouvelles menaces pour les écosystèmes locaux. Dans l’Amazonie brésilienne, depuis plus de 10 ans, l’industrie du soja (y compris Cargill et Bunge) a appliqué un moratoire sur le soja. Ce moratoire a permis de déplacer les nouvelles productions sur des terrains d’ores et déjà cultivables. Il est considéré par tous comme un succès, contribuant à la préservation de la forêt amazonienne. Malheureusement, cette initiative n’a pas dépassé le territoire de la partie brésilienne de l’Amazonie.

« Notre alimentation et notre agriculture ont de très forts impacts sur la nature qu’il ne faut pas oublier, même si ces conséquences se font parfois ressentir de l’autre côté du monde. La Stratégie de lutte contre la déforestation importée que va lancer le gouvernement doit être l’occasion de mettre en œuvre des mesures fortes pour protéger nos écosystèmes les plus riches en biodiversité et les populations locales. Mais il faut aussi revoir nos modèles agricoles et alimentaires et faire le choix de modèles plus durables où nous consommons moins de protéines animales mais de meilleure qualité », soutient Michel Dubromel, Président de France Nature Environnement.

Mighty Earth, Rainforest Norway, Fern, Sherpa, France Nature Environnement et une coalition d’autres organisations demandent aux entreprises du soja d’étendre immédiatement ce moratoire aux autres régions d’Amérique Latine où le soja est cultivé, notamment le Gran Chaco, le bassin amazonien de la Bolivie, et le Cerrado brésilien.

Documents joints