Rédigé par 12 h 16 min Sherpa dans les médias

Lafarge accusé d’avoir financé le terrorisme

Le cimentier Lafarge est visé par la plainte de deux ONG et d’anciens employés qui l’accusent d’avoir financé le groupe djihadiste Daech, afin de maintenir l’activité d’un site en Syrie. Ce site est implanté dans une zone contrôlée par les combattants islamistes.

 

Des arrangements auraient été fixés entre la filiale syrienne de Lafarge (Lafarge Cement Syria, détenu à 98,67 % par Lafarge) et Daech, dans le but de continuer à faire fonctionner une cimenterie à Jalabiya, dans le nord du pays. Daech en aurait finalement pris le contrôle fin 2014.

 

Selon l’ONG Sherpa, des responsables français du cimentier auraient eu connaissance de ces accords, comme du danger qu’ils ont pu faire courir aux employés. Neuf salariés auraient en effet été capturés par Daech, avant d’être libérés contre une rançon de Lafarge, selon Sherpa.

 

L’affaire est partie d’une enquête du quotidien Le Monde , en juin, qui citait d’anciens employés. Un certain Ahmad Jaloudi aurait été envoyé par Lafarge à Manbij afin d’obtenir un laissez-passer pour les employés. Un document accordé, et publié hier par l’association Sherpa. Des taxes auraient alors été payées par Lafarge à Daech en échange, ce qui fonde la plainte pour « financement du terrorisme ».

 

Déposée par l’ONG et par 11 anciens salariés, la plainte vise aussi des faits de complicité de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, mise en danger délibéré d’autrui, exploitation du travail d’autrui et négligence.

 

Au-delà de l’enquête, Sherpa veut dénoncer « l’obsession d’une entreprise de maintenir une activité profitable, au risque de devoir rendre des comptes et que soient mis au jour des liaisons pour le moins dangereuses avec ceux qui sont perçus comme les pires ennemis de l’humanité », a déclaré le président de l’ONG, William Bourdon.

 

« En Syrie comme ailleurs, la priorité du groupe a toujours été la sécurité de nos collaborateurs et de leurs familles », a réagi hier dans un communiqué LafargeHolcim tout en soulignant que cette usine, un « employeur important dans la région », « avait un rôle vital » pour les Syriens, « car elle leur fournissait les matériaux de construction essentiels à leurs besoins en matière de développement et d’urbanisation ».

Étiquettes : , Dernière modification: 23 janvier 2017
Fermer