Lafarge en Syrie : l’État français mis en cause

France 3, le 13 octobre 2017

D’anciens employés du cimentier français réclament l’audition de Laurent Fabius. Selon eux, l’ancien ministre des Affaires étrangères était au courant des activités du groupe Lafarge en Syrie et du versement des pots de vin au groupe État islamique.

 

Le cimentier Lafarge a-t-il sciemment mis en danger ses anciens salariés, en maintenant ses activités dans un pays en guerre ? Chargé des ressources humaines dans l’usine syrienne du groupe entre 2010 et 2012, Nidal Wahbi a décidé de témoigner devant la justice française, contre son ancien employeur. « J’ai été moi-même kidnappé pendant dix jours, seulement parce que je travaillais pour Lafarge« , révèle l’ancien salarié. Le groupe français n’avait alors pas déboursé « une seule livre syrienne » pour sa libération. Nidal Wahbi finira même par payer sa rançon.

 

Retrouver l’article complet via ce lien.