Rédigé par 19 h 07 min A la une, Communiqués de presse, Contentieux stratégique, Droit des travailleurs et esclavage moderne, Renforcer la responsabilité des entreprises multinationales contentieux

Qatar : Mise en examen de Vinci Construction Grands Projets

Sherpa_Logo
CCEM

Paris, 10 novembre 2022À quelques jours du premier coup de sifflet du mondial 2022, Vinci Construction Grands Projets est mise en examen dans l’affaire de ses chantiers au Qatar pour réduction en servitude, travail forcé, conditions de travail et d’hébergement incompatibles avec la dignité humaine, et obtention de services en échange d’une rétribution manifestement sans rapport avec l’importance du travail accompli. L’association Sherpa ainsi que les autres parties civiles à l’origine de la plainte se félicitent d’un signal fort envoyé aux multinationales.

Sept ans après une plainte initialement déposée en 2015 par l’association Sherpa, et après plus de trois ans d’instruction, le juge a mis en examen Vinci pour réduction en servitude, travail forcé, conditions de travail et d’hébergement incompatibles avec la dignité humaine et obtention de services en échange d’une rétribution manifestement sans rapport avec l’importance du travail accompli. Le magistrat a estimé qu’il existait « des indices graves ou concordants » que l’entreprise ait commis ou participé aux infractions reprochées jusqu’en 2014. 

Sherpa avait pu se rendre sur place au Qatar en 2014, et prendre connaissance de témoignages de travailleurs faisant état de conditions de travail dangereuses et asservissantes (absence d’air conditionné, travail sous une chaleur écrasante, retrait de passeport, endettement pour travailler, etc.) et de conditions d’hébergement indignes (difficultés d’accès aux infrastructures d’hygiène, etc.). Ces témoignages l’avaient amenée à porter plainte contre Vinci. Sherpa a été rejointe par la suite par douze anciens travailleurs victimes directes, ainsi que par le Comité contre l’Esclavage Moderne (CCEM).

Pour Sandra Cossart, directrice de Sherpa : « Cette mise en examen constitue un signal fort contre l’impunité des multinationales, elles peuvent être pénalement sanctionnées quand elles tirent profit des conditions d’esclavage moderne. La loi doit être la même pour tous et toutes, y compris pour les entreprises du CAC 40, qui peuvent donc être poursuivies pour des infractions criminelles. »

Son statut de mise en examen permet désormais à Vinci de présenter son argumentation en défense. Les associations espèrent que la multinationale ne retardera pas la procédure par des manœuvres dilatoires.

Pour plus d’informations : presse@asso-sherpa.org

Dernière modification: 10 novembre 2022
Fermer