Vinci au Qatar : Signez la pétition !

SIGNEZ LA PÉTITION POUR INCITER À L’OUVERTURE D’UNE ENQUÊTE SUR VINCI CONSTRUCTION ET PERMETTRE AUX MIGRANTS DE TRAVAILLER DANS LA DIGNITÉ SUR SES CHANTIERS !

LE QATAR a entrepris d’immenses chantiers de construction, notamment en vue de la réception de la Coupe du monde de football de 2022. Les violations des droits fondamentaux des migrants travaillant sur ces chantiers sont quotidiennes et dénoncées par de nombreux rapports d’organisations.

Vinci_au_qatar_high

Dans ce contexte, le groupe français VINCI, représenté par sa filiale qatarie QDVC, a remporté des millions d’euros de contrats de construction d’infrastructures. Après une enquête minutieuse sur le terrain, menée grâce au soutien de la CGT et de l’Internationale du bois et du bâtiment, SHERPA a pu rassembler des preuves accablantes et porter plainte, le 23 mars 2015, pour travail forcé et réduction en servitude contre Vinci Construction Grands Projets (VCGP) et les dirigeants français de sa filiale Qatarie, QDVC.

VCGP assure au nom de QDVC que les ouvriers de ses chantiers (dont de nombreux sous-traitants)  sont traités dans le respect des standards internationaux mais les témoignages des travailleurs révèlent une réalité bien éloignée…­

Les migrants interrogés travaillent onze heures par jour, six jours par semaine, sous un soleil harassant et une température de 40 degrés en moyenne, en violation des lois locales et internationales. La rémunération versée est ridicule par rapport aux conditions de travail dangereuses et pénibles sur les chantiers.

La situation d’extrême pauvreté de ces migrants est connue de VCGP, qui fait précisément appel à cette main d’œuvre en direct mais surtout par le biais des sous-traitants, afin d’en tirer un profit économique.

 « Nous n’avons aucune protection contre la chaleur. Nous travaillons sous le soleil. Nous n’avons pas d’air conditionné ni dans les bus ni dans les camps.».

 « Sur notre site, 4 personnes sont mortes au travail, parce qu’ils travaillaient sous terre sans protection adéquate, ils ont inhalé du gaz toxique, ils ont manqué d’oxygène et ils sont morts».

L’augmentation constante de crises cardiaques et d’accidents parmi les ouvriers travaillant à la construction des infrastructures qataries a déjà été dénoncée par de nombreuses organisations. Plusieurs témoignages font état de décès et d’accidents liés aux conditions de travail sur les chantiers de QDVC.

Les travailleurs interrogés sont en outre parqués dans des camps parfois à 8 par chambre exiguë. Les camps n’ont pas tous des systèmes d’air conditionné ou de ventilateur. Ils ne disposent pas de cuisine ou de salles de bains qui respectent les conditions d’hygiène élémentaires.

« Je suis pris au piège, QDVC a confisqué mon passeport, je ne peux pas changer d’employeur ».

Les salariés travaillent non seulement dans des conditions indignes et dangereuses mais ils sont pris au piège sous la menace de représailles de QDVC. Les passeports sont confisqués par l’entreprise et les travailleurs sont menacés de licenciement s’ils revendiquent leur droit à de meilleures conditions de travail ou de logement, ou s’ils désirent démissionner ou changer d’employeur. Ils sont ainsi contraints d’accepter des conditions de travail sans rapport avec la rémunération qu’ils reçoivent. VINCI, vitrine française à l’international, ne peut ignorer la gravité de ces éléments constitutifs de travail forcé et réduction en servitude.

La France ne peut pas être complice d’une coupe du monde 2022 placée sous le signe de l’exploitation et doit donc demander aux multinationales françaises, aussi emblématiques que Vinci, d’être exemplaires en matière de droits de l’homme à l’étranger, le consommateur français a aussi le droit de pouvoir utiliser les services du groupe VINCI sans contribuer contre son gré à la violation de droits fondamentaux. La loi sur le devoir de vigilance des multinationales, pour laquelle nous nous battons et qui doit être discutée au sénat serait une avancée importante pour parvenir à éviter que ces crimes ne puissent se reproduire.

Signez la pétition et diffusez-la autour de vous ; ensemble nous pouvons lutter contre l’impunité des multinationales et les crimes économiques.


Incitons 
les pouvoirs publics à prendre conscience de la gravité des faits pour qu’une enquête judiciaire soit ouverte et que les droits fondamentaux des travailleurs soient respectés sur les chantiers de Vinci au Qatar.