Rédigé par 17 h 17 min A la une, Communiqués de presse, Environnement et climat

COP26 : pour la justice climatique, appel à mobilisation le 6 novembre

Paris – 29 octobre 2021 – Chaque année, les catastrophes climatiques se multiplient partout dans le monde, et les plus pauvres en subissent toujours plus dramatiquement les conséquences, surtout dans les pays du Sud. Une large coalition d’organisations appelle à la mobilisation en marge de la COP26 : « Nous vous invitons à organiser des initiatives, manifestations, actions ou débats publics partout en France autour du 6 novembre. Pour la justice climatique, pour les droits des peuples, pour un autre futur. »

Chaque année bat un record de hausse de la température mondiale. Chaque année, les catastrophes climatiques se multiplient partout dans le monde. L’été 2021 en est la triste confirmation : incendies, inondations, ouragans, sécheresses, canicules… Les plus pauvres en subissent toujours plus dramatiquement les conséquences, en particulier dans les pays du Sud. La pandémie de la Covid 19 a par ailleurs mis en lumière les impacts irréversibles, y compris sur la santé, des attaques contre la biodiversité.  

Le dérèglement climatique, c’est notre présent à toutes et tous, partout dans le monde. Phénomène global, il appelle des réponses mondiales : baisse massive des émissions de gaz à effet de serre, lutte contre les pollueurs et le système productiviste qu’ils nourrissent, solidarité internationale entre les pays riches et le Sud global, justice sociale et protection des droits humains doivent être les principes directeurs de l’action pour la justice climatique.

Six ans après l’accord de Paris, c’est ce qui devrait guider les États à l’occasion de la COP26 qui se déroulera à Glasgow du 31 octobre au 12 novembre afin de maintenir la hausse des températures en dessous de la barre des 2°C, voire 1,5°C.

Mais, depuis 2016, nos dirigeants en sont encore à discuter des moyens à mettre en œuvre face aux changements climatiques ou à tenter de verdir leurs images, en même temps que celles de nombreuses entreprises multinationales qu’ils soutiennent, sans engagements à la hauteur. Ils soutiennent le développement de fausses solutions, le greenwashing et la fuite technologique, qui, loin de résoudre la crise climatique, empêchent toute transition réelle.

Les gouvernements des pays les plus riches participent ainsi à un véritable crime climatique. 

Nos dirigeants restent sourds aux interpellations, aux pétitions ou aux marches massives à travers le monde. Ils s’assoient sur les rapports du GIEC et les alertes de scientifiques. Ils regardent ailleurs alors que les dérèglements climatiques sont toujours plus nombreux, plus violents et plus meurtriers. Ils criminalisent et ne protègent pas les activistes environnementaux face à une répression qui va jusqu’à des assassinats, certains s’en rendant même complices.

Face à cette inaction climatique, qui devient un véritable crime contre le vivant, c’est aux mouvements populaires, ceux qui défendent les communautés impactées, les peuples autochtones, celles et ceux qui défendent le vivant, aux salarié·e·s et à toutes les personnes convaincu·e·s qu’il faut changer de modèle de production et de consommation de prendre la relève.

Partout dans le monde, la mobilisation citoyenne s’organise : défense des terres et des droits, blocage de projets polluants, actions dans les tribunaux, grèves pour le climat, etc. Elle porte des alternatives et remporte des victoires qui permettent d’enrayer cette machine infernale et de construire ainsi un futur désirable.

En Grande-Bretagne, une coalition de mouvements sociaux et écologistes organise plusieurs jours de mobilisation pendant la COP26 et appelle à des actions partout dans le monde le 6 novembre prochain.

Nous vous invitons à répondre à cet appel en organisant des initiatives, manifestations, rassemblements, actions ou débats publics partout en France autour du 6 novembre. Pour la justice climatique, pour les droits des peuples, pour un autre futur.

Nos mobilisations donneront de l’écho aux mobilisations locales, notamment celles qui appellent à défendre nos terres et nos droits fondamentaux, et aux mobilisations internationales qui entoureront la COP26. 

Premiers signataires :

350.org ;
Action Aid ;
Agir pour l’environnement ;
Amis de la Terre France ;
ALDER Climat Energie ;
Alternatiba 06 ;
Alternatiba Nevers ;

Alternatiba Paris ;
Alternatiba Toulouse ;
Altercarto ;
AITEC ;

Association Cap à Gauche 19 ;
Association Manger Végétalien ;
Assemblée européenne des citoyens AEC HCA-France ;
Association pour la protection des animaux sauvages ;
Attac France ;
Association Cyberacteurs ;

Carré Géo & Environnement ;
CCFD-Terre Solidaire ;
CGT ;
Chrétiens Unis pour la Terre ;
Citoyens pour le Climat (Amiens) ;
Citoyens pour le Climat Nîmes ;
Confédération paysanne ;
Communauté de l’Arche Non-violence et Spiritualité ;

CRID ;
Convergence des Services Publics ;
Collectif du Gâtinais pour la Marche pour le Climat ;
Colibris ;
Droits Environnement et Citoyenneté DEC ASBL ;
Donner du Sens ;
Droit au logement ;
Extinction Rebellion France ;
Escape-jobs pour l’emploi sans carbone ;

Fédération Artisans du Monde ;
France Nature Environnement ;
Fondation Danielle Mitterrand ;

France Amérique latine ;
FSU ;
Geres ;

Greenpeace ;
H20 Congo-Brazzaville ;

Ingré-Ormes 2030 ;
L’Ecologie au centre d’un nôtre ; 
Ligue des Droits de l’Homme ;
Le Mouvement de la Paix ;

La Primaire Populaire ;
Makesense ;
MAN ;
Mouvement national lycéen ;
Mouvement Européen France ;
MIRAMAP ;
Notre Affaire à tous ;
On est prêt ;
Oxfam France ;
Plaisance pour le Climat ;

Purpose Climate Lab France ; 
Penser L’apres ;
Réseau Action Climat ;

SOL, Alternatives Agroécologiques et Solidaires ;
Syndicat Sud PTT de la Mayenne ;
Terra Nostra ;

Unis Pour le Climat ;
Union syndicale Solidaires ;
Zero Waste France ;

Dernière modification: 3 novembre 2021
Fermer