Rédigé par 10 h 46 min Communiqués de presse

La censure continue : Le site internet de «Justice for Myanmar » bloqué par les autorités

Site Internet de Justice For Myanmar dans sa version Birmane (Image du Myanmar Times)

Site Internet de Justice For Myanmar dans sa version Birmane (Image du Myanmar Times)

Communiqué de presse – Paris, le 2 septembre 2020 Nous apprenons que les autorités birmanes ont bloqué le site internet de la campagne citoyenne « Justice for Myanmar » (JFM) lancé en avril 2020 [1] et qui publie, notamment, des enquêtes fouillées sur les exactions des membres de l’armée birmane. Sans notification préalable, les responsables de cette campagne ignoraient jusqu’au fondement juridique de cette mesure. Le site internet de JFM dans sa version birmane affiche une page blanche, mentionnant un blocage « par directive du Ministère des transports et des télécommunications » selon un article paru dans le Myanmar Times.

Dans un communiqué du 1er septembre, le porte-parole de la campagne JFM souligne que les informations publiées sur le site internet ont été relayées dans des médias birmans, favorisant la mise en lumière des intérêts économiques de l’armée. Les responsables de JFM, qui attendaient une notification officielle, voient dans ce blocage une tentative de faire silence sur le cartel de l’armée, sa corruption et ses crimes. Selon Reuters, un porte-parole du Ministère des transports et des télécommunications a fait savoir que le site avait été bloqué pour diffusion de « fausses nouvelles ».

Le gouvernement birman choisit de nouveau la répression au lieu de s’engager sur le terrain du débat et de la justice. Cette décision de blocage s’inscrit en effet dans la continuité d’une politique de musèlement de la liberté d’expression et de la presse menée par les autorités.

Au printemps dernier, elles avaient déjà décidé de bloquer 221 sites internet d’information en se basant sur la section 77 de la loi sur les télécommunications qui est censée empêcher la diffusion de « fausses nouvelles », visant spécifiquement des médias dits ethniques.

La circulation de l’information sur internet et dans les médias est essentielle, mais à l’approche du lancement de la campagne électorale officielle, l’étau se resserre sur les voix dissidentes et sur le droit de regard de la société civile sur la marche du pays.

Nous demandons la levée du blocage du site internet de JFM et de toutes les décisions de blocage de sites internet visant les médias et la société civile.


[1] « Justice for Myanmar » est « une campagne initiée par une équipe de défenseurs des droits humains engagés dans la protection des droits, la défense de l’égalité et la lutte pour la justice. Cette campagne a été constituée dans le but de fournir une plateforme aux personnes persécutées par l’armée birmane – quelle que soit leur origine sociale, religion, genre ou appartenance ethnique – pour les appuyer dans leurs efforts en vue d’obtenir justice et mettre un terme à l’impunité de l’armée en Birmanie. Elle se consacre au dévoilement du lien existant entre les entreprises détenues ou contrôlées par l’armée et les violations des droits humains commises à travers le pays qui représentent des violations du droit international des droits de l’Homme et du droit international humanitaire, constitutives de crimes contre l’humanité, crimes de guerre et génocide. »

Dernière modification: 2 septembre 2020
Fermer