Rédigé par 10 h 22 min Communiqués de presse, Corruption et détournements, Plaidoyer

UNESCO : Un vote décevant concernant le prix Obiang

 

Paris, le 9 mars 2012 – Les membres du Conseil exécutif réunis ce jour en séance plénière ont validé le changement de nom du prix en dépit de l’avis juridique du bureau de l’UNESCO et des présomptions d’abus de confiance entourant les conditions de son financement. Pour un rappel des précédents épisodes, cliquez ici.

Avec ce vote,  la question peut donc se poser de savoir si, après avoir reçu 3 millions de dollars (USD) dont la légalité reste à établir, l’UNESCO ne contribuerait pas de facto au maquillage de ladite opération en autorisant que le prix soit rebaptisé en « Prix UNESCO-Guinée Équatoriale pour la recherche en Sciences de la vie ».

Compte tenu de la connexité entre ces éléments et les faits visés dans le cadre de l’affaire sur les Biens Mal Acquis, Sherpa a jugé utile de les transmettre aux juges en charge de cette enquête. Nous espérons qu’ils s’y seront d’autant plus attentifs que les trois millions de dollars (USD) litigieux se trouveraient actuellement à Paris sur le compte n° 3000 30 33 01 000 37 29 19 09 97 ouvert au nom de l’UNESCO auprès de la Société générale.

Enfin, au-delà de l’inquiétude quant au fait que le président ait pu utiliser l’argent des contribuables équato-guinéens dans le but de financer un prix en son nom, la raison d’être même de ce prix est discutable : « voter en faveur d’un prix international d’une valeur de 3 millions de dollars pour la recherche en sciences de la vie parrainé par un gouvernement qui n’investit pas assez sur son propre territoire dans des services de santé élémentaires relève de la plaisanterie de mauvais goût », a ainsi déclaré Tutu Alicante, avocat équato-guinéen qui dirige l’organisation de défense des droits humains EG Justice depuis son lieu d’exil. « Les membres du Conseil exécutif de l’UNESCO, en soutenant ce prix, ont bradé les principes de cette organisation et terni sa réputation. »

Au regard de ce qui précède, nous espérons que Mme Bokova, en sa qualité de Directrice générale de l’UNESCO, se refusera à mettre en œuvre ce prix.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , Dernière modification: 18 décembre 2019
Fermer